picto-societe-couleur Sociétés

Université d'été E5T : Comment les territoires français mènent-ils leur transition énergétique ?

Le 12 Sep 2017 à 10h37

Les collectivités territoriales sont toutes impliquées dans la transition énergétique. Comment la finance-t-elle ? Quels blocages rencontrent-elles ? Zoom sur nos territoires français, à la Rochelle.

Michel Derdevet, membre du directoire Enedis :

On voit aujourd’hui que les collectivités, qu’elles s’appellent communes, communautés d’agglomération, départements, régions ou autres, s’intéressent à l’énergie, ont envie d’avoir des projets énergétiques qui correspondent aux attentes de leurs concitoyens.

Comment les territoires financent-ils la transition énergétique ?

Françoise Coutant, vice-présidente de la région Nouvelle Aquitaine en charge du climat et de la transition énergétique :

Si l’on considère aujourd’hui que c’est une priorité pour la planète, mais aussi pour l’économie locale, ça veut dire qu’on doit forcément mettre le paquet au niveau financier pour aider les entreprises. Les subventions de l’Etat diminuent, on le sait tous, il faut être dans l’économie, mais dans la priorité politique aussi.

Christophe Sebastien, responsable de l’ancrage territorial à EDF Civaux :

Aujourd’hui les financements c’est fini, ils sont en difficulté avec les financements. Donc là il faut plutôt trouver des idées et aider les entreprises à trouver des projets qui vont créer des retombées économiques locales.

Jean-François Fountaine, maire et président de la Communauté d’agglomération de La Rochelle :

Par exemple, une politique de transport urbain dynamique se finance par le versement transport, donc si nous développons l’économie de nos territoires, nous renforçons aussitôt les moyens pour le transport public. C’est un des axes, mais c’est avant tout un choix politique d’utilisation de l’argent municipal.

Quels sont les freins à la mise en œuvre de projets innovants ?

Michel Derdevet, membre du directoire Enedis :

Les freins ne sont pas tellement technologiques, ils sont encore plutôt de nature culturelle, dans la compréhension des enjeux, dans le partage, et dans la capacité à faire consensus dans un pays, sur un continent, autour d’enjeux de transformation.

Jean-Luc Stanek, fondateur de Hace :

Si les territoires pouvaient nous donner l’autorisation de s’installer en France, pour l’instant ce n’est pas possible, ce sont des démarches extrêmement longues. Deuxième point, s’il y avait un partenariat public-privé pour nous aider financièrement et qui donnerait un retour sur investissement très correct à la collectivité pour aider la transition énergétique, ce sont deux points relativement simples mais qui demandent une volonté politique forte en France, et je ne suis pas certain qu’elle soit assez forte pour outrepasser les blocages administratifs.

Christophe Sebastien, responsable de l’ancrage territorial à EDF Civaux :

La réalité du terrain s’appuie sur des acteurs qui font des expériences, qui réussissent, qui échouent, peu importe, de toute façon, quand on lance des idées, on a toujours des choses qui marchent et d’autres qui ne marchent pas. Mais au moins, celles qui marchent, après on peut les partager. Je dirais que je suis plutôt en position d’essayer de leur faire des propositions, s’ils les capturent on est content, que d’attendre des territoires. Agissons d’abord, et les territoires changeront.