Cahier spécial, Spécial Amériques, Hiver 2016-2017
Spécial Amériques

Spécial Amériques

Le continent américain a toujours eu des airs d’Eldorado. Et aujourd’hui encore : riche d’hydrocarbures découverts et à découvrir, l’Amérique, au nord comme au sud, s’impose peu à peu comme un acteur de premier rang dans la production d’énergie mondiale.

L’Éditorial par la rédaction

«  Une nouvelle cartographie de l'énergie »

C’est à l’été 2014 que nous avons tous redécouvert l’Amérique. Cet été où les États-Unis sont devenus premiers producteurs de pétrole devant l’Arabie Saoudite, entraînant, en raison des énormes quantités de brut présentes sur le marché, une brutale chute des cours. Si les choses semblent désormais se stabiliser depuis la décision de l’Opep de réduire sa production, il semble que l’équilibre géopolitique mondial soit depuis largement modifié.

Car, si l’exploitation des pétroles de schiste aux États-Unis a – pour diverses raisons – défrayé la chronique, le potentiel des réserves américaines ne concerne pas les seuls États-Unis. C’est le continent entier qui regorge de pétrole et de gaz – conventionnels et non conventionnels. Ce sont les pétroles lourds du Canada ou du Venezuela ; c’est le Mexique, qui s’ouvre aux compagnies étrangères ; c’est la Bolivie, extrêmement riche en gaz ; c’est le Brésil, qui a un énorme potentiel au large de ses côtes et avec lequel nous venons de signer une alliance stratégique ; ou encore l’Argentine. La liste est longue, et les techniques évoluant, elle va en s’allongeant, remettant en question l’épuisement annoncé des ressources en hydrocarbures. Encore et toujours, l’Amérique rebat les cartes.

Mais le monde a changé, l’ère des colonels Drake et des exploitations anarchiques est bel et bien terminée. Nul ne peut ignorer le changement climatique et la lutte nécessaire pour le limiter. Nous faisons notre part en limitant au maximum l’impact de nos activités. Nous favorisons le gaz, tellement moins polluant que le charbon qui, hélas, alimente encore trop de centrales électriques, en Amérique et ailleurs. Nous investissons aussi dans les énergies renouvelables et, là aussi, l’Amérique est là. Aux États-Unis et au Brésil pour la biomasse ; aux États-Unis de nouveau, et au Chili, pour l’énergie solaire. Nous avons récemment inauguré l’une des plus grandes centrales photovoltaïques au monde dans le désert d’Atacama et une autre en Californie. Nous ne comptons pas nous arrêter là. Les richesses énergétiques de l’Amérique sont aussi solaires.

La terre de naissance de l’industrie pétrolière confirme son rôle dans le paysage énergétique mondial. De Terre Neuve à la Terre de Feu, l’Amérique reste la terre de toutes les découvertes et de tous les possibles. 

Page suivante 1. Repères

Amériques : inépuisables énergies