picto-perspectives-couleur Perspectives

Vers une Europe sans émissions de CO2 d’ici 2050 ?

Le 21 Mar 2017 à 18h08

Pour le Shift Project, décarboner l'Europe à l'horizon 2050 est possible. Pour parvenir à cet objectif, le think tank a lancé un « Manifeste pour décarboner l’Europe » suivi de 9 propositions pour que le continent européen « change d’ère ».

Cet appel est signé par de nombreux leaders d’opinion et s’adresse aux futurs dirigeants politiques.

Pourquoi ce manifeste ?

A l’aube d’élections déterminantes pour l’avenir de l’Europe, le Shift Project a souhaité lancer un message à l’Europe pour « bâtir au plus vite un plan d’actions cohérent et ambitieux à la mesure de l’enjeu du climat ». « C’est un appel du monde économique adressé au monde politique pour bâtir une stratégie à la hauteur de la COP21 » selon Mathieu Auzanneau, directeur du Shift Project. Car il y a urgence, explique Jean-Marc Jancovici : « Si on veut respecter les 2°C qui figurent dans l’Accord de Paris (…), il faut que les émissions planétaires deviennent nulles entre 2050 et 2100 ». Ainsi les émissions de CO2 doivent être divisées par 3 par rapport à aujourd’hui. Pour y parvenir, des politiques de long terme doivent être mises en œuvre dans un cadre stable et coordonné. « On décide des trucs anecdotiques » partout en Europe, estime Jean-Marc Jancovici. Signé par 80 dirigeants de grandes entreprises, « le manifeste pour décarboner l’Europe » propose au futur président de « plaider avec détermination au sein du conseil européen pour que celui-ci adopte avant 2020 une stratégie et un plan d’actions à la mesure de l’Accord de Paris capables de permettre à l’Union européenne de parvenir à un niveau d’émissions nettes de gaz à effet de serre aussi que possible de zéro en 2050 ». Au-delà de cet appel, le Shift Project dévoile en parallèle une série de propositions pour décarboner l’Europe.

9 propositions pour une Europe décarbonée

Pour atteindre l’objectif de 0 émission de gaz à effet de serre d’ici 2050 en Europe, le think tank soumet 9 propositions à mettre en œuvre : fermer toutes les centrales à charbon, généraliser la voiture à moins de 2L/100, réussir la révolution du transport en ville, tripler le réseau des trains à grande vitesse, inventer l’industrie lourde post-carbone, rénover les logements anciens, lancer le grand chantier de rénovation des bâtiments publics, développer la séquestration carbone par les forêts européennes et enfin réussir le passage à l’agriculture durable. Des propositions qui permettraient de réaliser l’essentiel des réductions nécessaires pour respecter notre  « budget carbone* », d’après le Shift Project.

La fermeture de toutes les centrales au charbon en Europe permettrait par exemple d’atteindre 24 % des objectifs fixés, pour un investissement de 10 à 40 milliards d’euros par an. Au total, l’ensemble des mesures annoncées pourrait coûter entre 250 milliards et 500 milliards d’euros, soit un peu moins de 3 % du PIB de l’Union européenne, l’équivalent de 1 000 € d’investissements par habitant chaque année.

Mais l’Europe peut-elle mener ces changements ?

*Ce « budget carbone » désigne le plafond d’émissions de gaz à effet de serre visé en 2050.