picto-economies-couleur Économies

Patrick Pouyanné à Aix-en-Provence : transition énergétique et mondialisation version Total

Le 19 Sep 2017 à 18h07

Transition énergétique et prospérité sont-elles compatibles ? C’était la principale question posée cette année aux orateurs des « Rencontres économiques d’Aix-en-Provence ». Patrick Pouyanné, PDG de Total, a répondu à nos questions.

Interview de Patrick Pouyanné, PDG de Total, aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence

La transition énergétique, version Total ?

A horizon 2040, nous prenons la trajectoire 2°C chez Total comme référence. Il y aura encore 40 % de pétrole et de gaz, il y aura encore des hydrocarbures, parce que tout ne se résume pas aux véhicules légers, aux véhicules électriques. Le pétrole et le gaz servent aujourd’hui à plein d’autres usages : pour se chauffer, pour faire de l’électricité, pour du transport de poids lourds – on ne sait pas aujourd’hui électrifier les poids lourds, on en est très très loin – pour voler, pour faire des plastiques… Il y a plein d’usages des hydrocarbures.

Alors certes, indiscutablement les technologies évoluent, et nous en sommes acteurs, si nous avons investi dans une société comme Saft qui fait des batteries, c’est que quelque part on voit bien que les technologies évolueront. Nous voulons rester un major de l’énergie dans 25-30 ans, donc faire évoluer nos métiers, et en même temps, sans être naïfs, en sachant que nous aurons encore besoin de produire du pétrole et du gaz mais qu’il y aura d’autres énergies. Il ne faut pas opposer les énergies.

Et la mondialisation ?

Tout ce qui se passe en ce moment sur notre planète, tout ce débat sur la mondialisation, sur les nouvelles formes de prospérité, nous interpelle, nous en tant qu’entreprise mondiale comme Total, car comme je le dis souvent, nous sommes l’un des vainqueurs de cette mondialisation. Elle nous renvoie à des nouvelles formes de responsabilité, on ne peut pas se contenter d’être un acteur économique et de payer des impôts. Maintenant, notre question c’est comment rendre notre richesse plus utile, comment rendre à la société.