picto-politiques-couleur Politiques

Nicolas Hulot tend la main aux entreprises

Le 21 Juin 2017 à 11h35

Invité surprise du 25e anniversaire d’Entreprises pour l’environnement (EpE), Nicolas Hulot est venu faire passer un message clair aux entreprises : le temps de la confrontation est terminé, c’est en additionnant les intelligences de tous bords que nous réussirons la transition énergétique.

Lundi 19 juin, l’association d’entreprises EpE fêtait ses 25 ans au Conseil économique social et environnemental (CESE). En début de soirée, après une après-midi plutôt dense consacrée aux comptes-rendus des tables rondes de la matinée, une rumeur s’est propagée en quelques minutes : « Le ministre arrive… ». On chuchote sans être bien certain que cela puisse être vrai. « Sa venue a été actée 30 minutes avant son arrivée », glisse un organisateur. Les grands patrons, qui ont quitté la salle juste après les échanges, se précipitent pour s’asseoir aux premiers rangs, les chaises vides se remplissent... Le brouhaha cesse tout d’un coup quand, d’un pas rapide, Nicolas Hulot arrive.

« Pour être sincère avec vous, il y a une heure de ça je n’imaginais pas être avec vous », confirme le nouveau ministre, qui n’a visiblement pas de temps à perdre et souhaite entrer rapidement dans le vif du sujet. « J’ai l’intime conviction que l’écologie n’est pas un choix, ce n’est pas une contrainte, c’est une extraordinaire opportunité (…) notre deuxième chance. Elle va nous obliger à nous resynchroniser avec la question du sens. Pour moi c’est l’enjeu du XXIe siècle », déclare-t-il d’emblée. « Je souhaite », poursuit-il, « que notre technologie, que notre intelligence, que notre science soient mis au service de l’épanouissement de l’homme »

A travers son propos, Nicolas Hulot veut faire passer un message clé aux acteurs économiques : il faut passer aux solutions concrètes, « le temps de la confrontation est révolu, on va entrer dans le temps de l’opérationnel ». Mais l’ex-animateur n’est pas venu pour parler aux chefs d’entreprises, intellectuels ou journalistes présents dans la salle ce soir-là. Au-delà du masque social, c’est aux êtres humains qu’il veut s’adresser : « L’environnement, il s’accommodera des bouleversements, mais l’humanité sera en difficulté si nous ne prenons pas à bras-le-corps ce sujet-là », insiste-t-il. « J’espère qu’ensemble nous pourrons entrer dans la noblesse de l’écologie et dans la modernité, ajoute-t-il avant de conclure : « Nous allons combiner deux enjeux : réussir le présent sans compromettre l’avenir ».

En tout et pour tout, le discours du ministre aura duré 6 minutes ! Puis, il est reparti aussi vite qu’il était venu sans qu’aucun des acteurs économiques présents n’ait eu l’occasion de lui glisser un mot. Mais l’important est là : l’ex-militant veut inscrire le thème de l’environnement dans la modernité en concertation avec les entreprises de toutes tailles.