picto-energie-couleur Énergies

Nareva : l'éolien au service du mix énergétique marocain

Le 23 Nov 2016 à 15h48

L’industriel marocain Nareva soutient le mix énergétique du pays avec la construction du plus grand parc éolien de toute l’Afrique à Tarfaya. Un modèle applicable à d’autres pays du continent pour développer l’efficacité énergétique et lutter contre le réchauffement climatique.

Le plus grand parc éolien d’Afrique

C’est à Tarfaya au sud-ouest du Maroc que l’industriel marocain Nareva, producteur indépendant d’électricité, a érigé le plus grand parc éolien de toute l’Afrique. Cent trente-et-une turbines sur 10 000 hectares, de quoi alimenter une ville comme Marrakech.

Mohamed Labraimi – directeur Ingénierie, Nareva : "Nous maîtrisons toute la chaîne depuis la partie développement, le financement, la construction et l’opération pour pouvoir mettre en place une grande capacité dans le domaine de l’éolien et servir le client industriel."

Le Maroc peut-il se passer de l’énergie fossile ?

Ahmed Nakkouch – PDG de Nareva : "Aujourd’hui, le Maroc a opté pour un mix énergétique à dominante renouvelable à l’horizon 2030 puisque 52 % de la puissance installée sera d’origine renouvelable, mais 48 % sera de l’énergie fossile : charbon et gaz naturel."

Avec ses quatre parcs éoliens, projets réalisés avec des partenaires allemands, français et italiens, et avec sa centrale solaire, Nareva souhaite devenir l’un des acteurs majeurs de l’énergie au Maroc, pays où la demande en électricité augmente de près de 10 % par an. Impossible à ce rythme de se passer tout de suite du fossile. C’est d’ailleurs pourquoi la société a investi 600 millions d’euros dans les chaudières de la première centrale à charbon, « propre » d’Afrique.

Mohamed Labraimi – Directeur Ingénierie Nareva : "Pour avoir du charbon « propre », il y a des installations énormes de désulfurisation qui permettent de filtrer le soufre et de ne pas le rejeter dans l’atmosphère."

Un modèle applicable aux pays africains

 

Ahmed Nakkouch – PDG de Nareva : "Nous pensons que l’expérience marocaine est duplicable dans beaucoup de pays africains. Nous essayons de la faire partager, car nous sommes convaincus que le continent africain a droit à une énergie efficace, compétitive, compatible avec les enjeux climatiques et qui lui permette de se développer."

Dans le contexte de la COP22, Nareva a signé des accords avec des entreprises et des pays africains. Elle se développe en Egypte, au Ghana, au Cameroun et en Côte d’Ivoire par exemple. De quoi produire la consommation moyenne de plus de 10 millions de familles dans ces pays d’ici à 2025. Et de quoi faire du Maroc un des leaders des énergies renouvelables sur le continent.