picto-energie-couleur Énergies

Gaz naturel liquéfié : tout ce qu'il faut savoir

Le 27 Avr 2017 à 17h11

Refroidissement, liquéfaction, transport, perspectives... Toutes les informations sur le gaz naturel liquéfié en vidéo !

Qu’est-ce que le GNL ?

On appelle GNL, le gaz naturel liquéfié. Son changement d'état se fait par refroidissement à -161°. Devenu liquide, le gaz, essentiellement composé de méthane, a un volume réduit d'à peu près 600 fois ! Ce qui va faciliter son transport par voie maritime.

Pour arriver jusqu'au consommateur final, le gaz subit 4 grandes opérations.

De l’état de gaz à celui de liquéfaction

Il est d'abord épuré pour supprimer toute trace de gaz carbonique, puis déshydraté pour enlever l'eau et le mercure. Il est ensuite pré-refroidi à -30° pour l'isoler des autres hydrocarbures avant d'être encore refroidi pour être, cette fois-ci, liquéfié.

Il va pouvoir ensuite être transporté sur de grands navires méthaniers. Ces sortes de gigantesques réservoirs frigorifiés peuvent transporter jusqu'à 267 000 m3 de GNL, soit plus de 70 piscines olympiques ! Le plus grand méthanier est qatari. Il mesure 345 m de long, soit 21 m de plus que la Tour Eiffel, et 54m de large.

Après avoir sillonné les mers et les océans, il arrive près des zones de consommation dans des terminaux méthaniers offshore ou le plus souvent onshore, comme celui de Fos-sur-Mer. Le gaz va alors être stocké dans de grands réservoirs avant d'être « réchauffé » à 0° et donc re-gazéifié.

Les volumes de GNL dans le monde ont atteint en 2013, 523 millions de m3.

Parcours du GNL dans le monde

17 pays exportent du GNL. Les plus importants sont le Qatar, la Malaisie, l'Australie, l'Indonésie et le Nigéria. 30 pays sont les principaux importateurs, comme le Japon, la Corée du Sud et la Chine.

La France, elle, importe environ 22 % de son gaz sous forme liquéfiée.

Le GNL a de nombreux avantages. Il permet aux différents États de diversifier leurs sources d'approvisionnement en gaz et de moins dépendre des gazoducs terrestres et d'éventuelles situations de crises dans les pays qu'ils traversent. Cette diversification des sources d'approvisionnement permet aussi d'éviter les monopoles et de faire jouer la concurrence pour obtenir des tarifs plus avantageux.

Quelle place dans la transition énergétique ?

Autre avantage, le GNL est aussi un bon vecteur pour la transition énergétique quand il vient en complément des énergies solaire ou éolienne. Moins polluant, il peut être aussi utilisé dans les transports routiers et maritimes. De plus, comme c'est une énergie stockable, elle peut être utilisée rapidement pour faire face à la demande.

Le GNL reste donc une solution énérgétique d'avenir même si ses coûts de transformation et de transports sont élevés.

Sa part dans le gaz produit dans le monde pourra représenter plus de 40 % en 2035, grâce notamment à l'accroissement de la demande dans les pays d'Asie. L'utilisation du GNL permettra surtout de fonder un marché du gaz plus global et plus flexible en créant de nouveaux marchés diversifiés.