picto-perspectives-couleur Perspectives

Intelligence artificielle : quel impact sur notre société ?

Le 03 Mai 2017 à 15h51

Le PDG du cabinet Roland Berger, Charles-Edouard Bouée, affirme que l'intelligence artificielle va bouleverser notre société dans les années à venir. Comment l'IA peut-elle impacter le secteur de l'énergie et l'environnement ?

Un épisode consacré cette fois à cette question stratégique. Qui va diriger la société demain ? L'Homme ou la machine ? Nous traiterons des conséquences de la croissance de l'Intelligence artificielle avec le consultant international, Charles-Edouard Bouée, consultant dans le secteur de l'énergie notamment, qui vient de publier La Chute de l'Empire Humain chez Grasset. Et nous allons le chercher à sa descente d'avion.

Alors Charles-Edouard Bouée vous êtes un consultant international notamment dans le secteur de l'industrie, de l'énergie. Quelqu'un de sérieux et vous venez de publier ce livre, La Chute de l'Empire Humain chez Grasset, où vous considérez qu'au fond l'Homme est en train de céder le pas à la machine, à l'Intelligence artificielle dans sa gestion de la société. Est-ce bien raisonnable de la part de quelqu'un d'aussi sérieux que vous de faire de la science-fiction de cette nature ?

C'est un essai qui s'appuie sur le passé. Ce qu'il est en train de se passer aujourd'hui à travers le monde et une projection pour 2026, 2036, 2040, du monde qui nous attend.

Oui mais vous faites raconter son histoire à un robot, il y a une dimension évidemment un peu sarcastique sur la façon dont la société évolue et dont l'Intelligence artificielle est en train d'impacter la gestion de la société. Quel est l'enjeu ? Quelle est la menace selon vous ?

On est déjà pris en main par nos smartphones, par la façon dont on gère notre temps. Et demain au fur et à mesure, avec l'évolution de l'Intelligence artificielle, on va petit à petit aller vers un monde qui n'est pas forcément le monde que les humains veulent.

Cette question d'IA est posée depuis longtemps, on parle du transhumanisme. Qu'est-ce qui est vraiment en train de basculer ?

Depuis 2006, on a une accélération. Pourquoi cette accélération?

Un, les données dont ont besoin les machines sont disponibles maintenant. Deuxième élément, les algorithmes qui étaient des années 50, 70, 80 sont maintenant disponibles. Et dernier élément, les puissances de calcul dont nous disposons vous et moi sont importantes. L'exemple que je donne, c'est qu'aujourd'hui un téléphone portable, smartphone, tel un iPhone, a la capacité de calcul qu'avait l'armée américaine en 1984. 1984. La Guerre Froide était entre 2 iPhones.

Aujourd'hui et c'est pour ça que 2016 dans l'ouvrage est un chapitre important. C'est le basculement. C'est le réveil. En 2016 il y a eu un certain nombre d'évènements, le plus marquant c'était le jeu de Go. Puisque c'était supposé être au-delà des échecs. Et ça a marqué les esprits à travers le monde, et en Asie aussi, en Chine ça a été un énorme choc.

C'est le moment où la machine après avoir battu le meilleur joueur d'échecs au monde. Il y a une machine qui bat au jeu de Go le meilleur joueur de Go au monde…

Les gens ont pris la conscience qu'ils soient scientifiques, chefs d'État, ou entrepreneurs que c'était possible d'arriver à l'IA supérieure et que c'était possible d'introduire l'IA partout. 2026 c'est un monde où nous allons tous, vous, moi, avoir une IA portative.

C'est-à-dire que l'appareil qu'on a aujourd'hui, le smartphone, va devenir notre IA portative personnelle. Elle va nous accompagner, nous aider, nous démultiplier. Vous allez vous coucher, elle s'occupe de vos vacances, vos finances et même elle finit le boulot que vous aviez à faire.

L'histoire qu'on raconte dans l'énergie c'est que dans le passé pour acheter du fioul domestique, un général à la retraite dans la rue qui frappait à toutes les portes et qui venait négocier avec les voisins en disant : "On va acheter du fioul ensemble." Ils appelaient les chauffagistes ou les distributeurs de fioul et ils négociaient une remise pour la rue.

Demain imaginez l'IA qui connecte, l'IA de la rue, mais aussi du département, du pays. Et qui appelle le distributeur d'énergie en disant : "Il se trouve qu'on est 4 millions et demi."

Et donc ça va changer un, le rapport entre les clients, les consommateurs et l'entreprise. Ça va aussi impacter toutes les plateformes. Parce qu'aujourd'hui c'est des plateformes qui font ça. Parce que nos smartphones sont certes très puissants mais ils n'ont pas l'intelligence.

Cette machine intelligente, IA portative en 2026, nous l'aurons tous et elle va commencer à transformer le monde de manière systématique.

Alors dans ce livre, La Chute de l'Empire Humain, vous faites citer à votre robot qui est votre héros, la croissance, les révolutions technologiques ont toutes été liées à l'émergence d'une énergie, la vapeur, l'électricité le pétrole, l'atome. Et aujourd'hui vous dites les data, en quoi est-ce qu'elles sont une source d'énergie ?

On va avoir besoin de nouveaux types d'énergies.

L'électricité va devenir extrêmement importante, c'est ce que je raconte en 2036.

Donc ça veut dire que le comportement des machines, l'influence des machines jouera dans ce domaine de l'approvisionnement en électricité, en énergie ?

Alors ce qui est fascinant c'est que les machines souvent on pense qu'elles vont réfléchir comme les humains, qu'elles vont avoir les mêmes travers. Cupidité, l'envie, l'agressivité. Les machines ne vont avoir uniquement deux objectifs. Le premier c'est d'assurer leur survie et deuxièmement c'est d'assurer leur vie. Leur vie c'est l'électricité pour pouvoir stocker les données, réfléchir. Et leur futur c'est la qualité de l'environnement dans lequel elles vivent puisqu'en fait qu'est-ce qui impacte les machines ? Faites de métal ou de plastique. C'est l'arrivée d'un tsunami, une inondation. Et donc on rentre dans un monde où quelque part l'intérêt des machines et celui des hommes va converger.

Ça veut dit que les machines, l'IA gèrera mieux que nous l'accès à une transition énergétique pour essayer d'éviter le changement climatique ?

Ce sera vital pour elles, l'arrêt d'électricité arrête les machines. En termes de management, pour les grandes industries et dans le domaine de l'énergie on n'imagine pas quand même demain à la place d'un CEO, d'un PDG, une machine. Il est vraisemblable que tous les CEO auront leur avatar, leur IA portative qu'ils auront développée tout le long de leur carrière et qui va les aider à être de meilleurs CEO. Ce qui différenciera le dirigeant en termes de capacités de leadership, en termes de capacités à gérer une entreprise, ce sera le cheminement qu'il aura fait avec son "avatar", je l'ai appelée "Lucie" dans le livre. Avec sa "Lucie" ou son "Paul". Demain le CEO augmenté aura plus de temps pour passer ses messages, exprimer son leadership et faire plus de choses dans le temps imparti.

Bon mais alors quand on vous entend on se dit après tout La Chute de l'Empire Humain non, on a envie de vous dire c'est l'augmentation de l'empire humain au contraire.

Là nous sommes encore en 2026, ensuite l'ouvrage continue. Puisqu'en 2036 comme on en a parlé, le temps s'étant accéléré, la technologie a évolué. Les machines vont devenir de plus en plus intelligentes jusqu'au jour où ce qu'on appelle l'IA générale ou la singularité arrivera. Et c'est ça la question que je pose. Dans l'ouvrage il y a une question de progrès, progrès technologique, amélioration de la vie et maintien des valeurs fondamentales de notre société. En 2038 ou 2040, à ce moment-là la machine consciente va vraisemblablement proposer un pacte, qu'il soit faustien ou autre avec l'Homme. Comme de manière indolore et ludique, le monde va se changer en 2026 les humains de 2038 vivront dans un monde différent, comme aujourd'hui personne ne peut imaginer un monde sans smartphone. J'ai mis à la fois en conclusion et en dédicace : "Nous devons trouver l'équilibre entre l'amélioration technologique "et de la vie "et le respect et la garantie des valeurs humaines."

Ça s'appelle la Chute de l'Empire Humain chez Grasset, publié Charles-Edouard Bouée avec le journaliste François Roche. Merci d'avoir acceptée notre invitation dans cette voiture à moteur hybride. Et à bientôt pour un nouvel PE car.