picto-energie-couleur Énergies

Brésil : quel mix énergétique ?

Le 31 Mar 2017 à 11h29

Géant énergétique, le Brésil est gâté par les ressources naturelles. Comment sont réparties les différentes sources d'énergie au sein de son mix ?

Un pays riche en ressources naturelles

8ème consommateur d’énergie au monde, le Brésil est un géant énergétique de plus de 200 millions d’habitants.

Il faut dire que le pays est particulièrement gâté par la nature !

Gâté en énergies fossiles d’abord. Il possède d’immenses réserves de pétrole, dont un gisement gigantesque, découvert en 2006 au large de Rio, qui constitue la plus importante découverte en hydrocarbures de ces quinze dernières années.

Mais le Brésil est aussi particulièrement servi en énergies parfaitement renouvelables. C’est même le pays de tous les records !

La part belle aux énergies renouvelables

De tous les pays industrialisés, il est celui qui utilise le plus les énergies renouvelables.

Elles représentent 41 % de son bouquet énergétique, contre 13,5 % seulement pour la moyenne mondiale.

Quand on s’intéresse à son mix électrique, les chiffres sont plus marquants encore puisqu’elles occupent plus de 75 % de sa production nationale.

Tandis que son potentiel solaire et éolien est parmi les plus élevés de la planète, son réseau hydraulique constitue l’une des plus importantes réserves d’eau douce connues. Le territoire accueille quelques unes des plus grandes centrales hydroélectriques du monde et sa production le place au 2e rang mondial, juste après la Chine.

Grâce à l’étendue de ses terres agricoles, le pays est également l’un des champions de la biomasse. Depuis 40 ans, le Brésil s’est spécialisé dans la production d’agro-carburants dérivés de la canne à sucre, qui constituent une alternative efficace et écologique aux carburants classiques.

Des défis à relever

Mais tout n’est pas complètement rose au pays des énergies vertes, qui doit affronter plusieurs grands défis.

Parlons pétrole, d’abord. Malgré leur importance, les réserves ne suffisent pas à assurer les besoins nationaux et les découvertes de gisements profonds exigent des investissements qu’il lui faudra parvenir à financer.

Côté énergies renouvelables, ensuite, une série de sécheresses majeures a fragilisé la production hydroélectrique depuis 2001, révélant une dépendance trop grande à ce type de ressources.

Dans les années à venir, le Brésil devrait donc beaucoup diversifier son mix électrique et s’ouvrir à d’autres types d’énergies.

Le parc éolien devrait ainsi y prendre une place de plus en plus importante. Et l’énergie solaire – négligée jusque là – devrait enfin faire sa grande entrée.

Le nucléaire devrait lui aussi se tailler une part du gâteau avec un possible doublement de sa capacité de production.

Grâce à ce nouveau tournant, le Brésil envisage de porter la part de ses énergies renouvelables à 45 % à l’horizon 2030.