picto-energie-couleur Énergies

La quotidienne de l'énergie du 11 août

Le 11 Aoû 2017 à 12h07

Retrouvez votre synthèse quotidienne de l'actualité énergétique, en France et dans le monde !

ENERGIE & ENVIRONNEMENT | INTERNATIONAL

> COURS DU PETROLE. Baisse des cours. Le prix du baril de « light sweet crude » (WTI) a perdu 97 cents à 48,59 dollars sur le contrat de livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (Nymex) par rapport à la clôture de mercredi. A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de 80 cents à 51,90 dollars sur le contrat pour livraison en octobre à l’Intercontinental Exchange (ICE). (AFP)

> OPEP. Hausse de la production des pays de l’Opep en juillet. Selon le rapport mensuel de l'OPEP, la production de brut des 14 membres du cartel a atteint 32,87 millions de barils par jour (mbj) en juillet après 32,69 mbj en juin. La hausse est imputée en particulier au Nigéria et à la Libye, deux pays exemptés des accords de coupes de production du cartel, mais pas seulement. Le niveau de conformité aux objectifs est de 86 %, « ce n'est pas mauvais pour l'OPEP mais c'est moins bien qu'auparavant. Reste à voir si l'accord continue d'être de moins en moins respecté ou si le cartel peut redresser la barre », a relevé Neil Wilson d'ETX Capital. (AFP, Financial Times, The Times)

> OPEP. Le cartel prévoit une hausse de la demande mondiale en pétrole. Dans son rapport mensuel, le cartel a aussi apporté un élément plaidant plutôt pour une remontée des prix en relevant sa prévision de demande mondiale d'or noir, qui devrait progresser de 1,37 million de barils par jour (mbj) à 96,49 mbj cette année puis de 1,28 mbj à 97,77 mbj en 2018. Selon l’Opep, la demande pour les produits du cartel s’établirait à 32,4 mbj en 2018, soit 200 000 barils par jour de plus que prévu initialement. (AFP, Financial Times, The Times)

> MARCHE. Andurand parie sur le retour du baril à 100 dollars. Le gestionnaire de fonds français Pierre Andurand a capté l’attention des analystes du Financial Times en assurant que le baril de pétrole retournera à des prix au-dessus de la barre des 100 dollars d’ici 2020, puisque c’est un marché fonctionnant par cycles. Il parie également que la révolution du schiste américain ne suffira pas à absorber la hausse de la demande mondiale de pétrole. M. Andurand est aussi sceptique concernant la portée de la voiture électrique, qui selon lui, mettra beaucoup plus de temps à s’imposer dans les modes de consommation que prévu par les autorités publiques. (Financial Times)

> RUSSIE / VENEZUELA. Rosneft vole au secours de PDVSA. Rosneft a dévoilé, lors de la présentation de ses résultats financiers intérimaires le 4 août, avoir effectué en avril une autre avance de 1,015 milliard de dollars à la compagnie pétrolière d'État du Venezuela, PDVSA, pour de prochaines livraisons de brut. Cette avance fait suite à un premier paiement de 1,485 milliard de dollars, alors que la Russie et le Venezuela se trouvent tous deux sous le coup de sanctions américaines. Ces dernières années, le Venezuela est devenu la plus large source d'approvisionnement en brut de Rosneft, en dehors de la Russie, grâce à des accords passés avec le gouvernement de Chavez. (BIP)

> PREMIER OIL. La compagnie britannique nomme son nouveau président. Premier Oil a nommé Roy Franklin, un écossais « vétéran du secteur » pétrolier et gazier, comme nouveau président. Il remplacera Mike Welton, qui avait annoncé son départ en mars dernier. M. Welton, à la tête de l’entreprise depuis 8 ans, a dirigé la compagnie vers un refinancement de sa dette de 2,6 milliards de dollars. (The Times)

> GLENCORE. Le groupe de négoce renoue avec les bénéfices. Après deux années noires, le géant suisse du négoce de matières premières Glencore a dégagé un bénéfice net de 2,4 milliards de dollars, loin de la perte de 370 millions un an plus tôt. Ces bons résultats sont portés par la reprise des cours des matières premières depuis la fin de l’année 2016. Dans ce contexte plus favorable pour les matières premières, Glencore a relevé son objectif de résultat opérationnel, visant la fourchette de 2,4 à 2,7 milliards de dollars cette année. Le groupe a aussi réduit sa dette de 1,6 milliard de dollars, à 13,9 milliards. (Le Figaro)

ENERGIE & ENVIRONNEMENT | FRANCE

> AUTOMOBILE. La prime à la casse pourrait atteindre 2 000 euros pour les propriétaires de diesel les plus modestes. En septembre, le ministre de l'Ecologie présentera la prime à la casse dite « nouvelle formule », dont les modalités doivent figurer dans le budget 2018. Emmanuel Macron s'était engagé à ce que les vieux véhicules polluants soient remplacés « en créant une prime de 1 000 euros pour acheter un véhicule neuf ou d'occasion moins polluant ». En dépit d'un bonus substantiel et de la prime à la conversion qui l'accompagne (jusqu'à 10 000 euros au total pour les voitures électriques), ces véhicules restent hors de portée des ménages modestes. (lesechos.fr)