picto-energie-couleur Énergies

La quotidienne de l'énergie du 5 décembre

Le 05 Déc 2017 à 11h52

Retrouvez votre synthèse quotidienne de l'actualité énergétique, en France et dans le monde !

ENERGIE & ENVIRONNEMENT | INTERNATIONAL

> COURS DU PETROLE. Le pétrole en baisse. Le prix du baril de « light sweet crude » (WTI) pour livraison en janvier a reculé de 89 cents, pour clôturer à 57,47 dollars au Nymex. A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a terminé à 62,45 dollars, en baisse de 1,28 dollar sur le contrat pour livraison en janvier à l’Intercontinental Exchange (ICE). Le nombre de puits actifs aux Etats-Unis, recensés par Baker Hugues, a augmenté « pour la troisième fois en quatre semaines » selon Commerzbank. (AFP,nytimes.com)

 > OPEP. En novembre, la production pétrolière de l’Opep est tombée à son niveau le plus bas depuis mai. Les plus grosses baisses de la production au mois de novembre viennent de l’Angola, où les exportations ont chuté à leur niveau le plus bas en plus d’un an, et de l’Irak, suite à la reprise par les forces irakiennes de champs pétroliers aux mains des Kurdes. Par ailleurs, le ministre de l’Energie saoudien, Khalid al-Falih, a affirmé qu’il faudrait encore du temps pour que les réserves de pétrole reviennent à leur niveau moyen des cinq dernières années. (Financial Times, nytimes.com, BIP)

 > VENEZUELA. Le président Maduro annonce le lancement d’une cryptomonnaie basée sur le pétrole. Alors que le pays est au bord de la faillite et que le bolivar s’effondre face à l’envolée des prix à la consommation, le « petro » doit aider le Venezuela à « progresser sur les questions de souveraineté monétaire » et permettre de « contourner le blocus financier » et les sanctions des Etats-Unis, selon le président Maduro. Il n’a pas donné de détail sur la technologie sous-jacente ni sur son lien éventuel avec une blockchain. L’opposition considère que ce projet n’est pas crédible. (nytimes.com, Les Echos)

 > CHINE. La transition vers le charbon entraîne des pénuries de gaz. Des pénuries de gaz touchent le nord et le centre de la Chine alors que Pékin tente d’accélérer sa transition énergétique et de réduire sa consommation en charbon. Plusieurs habitants se sont donc retrouvés sans chauffage alors que les températures avoisinent zéro degré. La Chine était parvenue à réduire ses émissions de CO2 ces dernières années cependant les chiffres ont augmenté en 2017. Une situation qui a conduit le gouvernement chinois à prendre des mesures visant à contrôler la pollution due à l’utilisation de charbon. (Financial Times)

 > SYRIE. En Syrie rebelle, le raffinage artisanal de l’or noir. En deux ans, une centaine de raffineries artisanales a vu le jour aux alentours de Maaret al-Naassan, dans la province d’Idleb, en Syrie. C’est à cet endroit qu’une grande partie du carburant consommé dans cette province sous contrôle de rebelles et de djihadistes, est produite. De l’essence arrive du régime, au compte-goutte. Des quantités insuffisantes pour répondre aux besoins des habitants. Des camions-citernes font donc le voyage à travers le pays pour s’approvisionner et vendent ensuite du pétrole aux raffineries improvisées de la province d’Idleb. Ces méthodes artisanales présentent cependant un inconvénient majeur pour la santé des habitants. (AFP)

 > SAIPEM. Le groupe italien remporte de nouveaux contrats pour une valeur totale d’1,4 milliard de dollars. Saipem a été choisi par Saudi Aramco pour remplacer un pipeline offshore, moderniser le système d’injection d’eau du gisement pétrolier de Manifa et construire des infrastructures gazières pour l’expansion du site de Hawiwah. Le groupe a aussi obtenu un contrat au Mexique auprès de Pemex pour la construction, l’équipement et la mise en service de plusieurs unités de raffineries. (BIP)

 > BAHREÏN. Un consortium mené par TechnipFMC remporte un contrat pour l’extension de la capacité de la raffinerie de Sitra. Le montant du contrat est de 4,2 milliards de dollars. En plus du groupe franco-américain de services pétroliers TehcnipFMC, le consortium comprend également le concepteur de raffineries et de centrales électriques Samsung Engineering et le groupe espagnol d’ingénierie pétrolière Tecnicas Reunidas. Le projet devrait être achevé en 2022. (Le Monde, Les Echos, AFP)

 > DIESEL. L’industrie pétrolière tente de sauver le diesel. L’association européenne FuelsEurope, qui défend les intérêts de l’industrie pétrolière, a dévoilé ce lundi un rapport qui soutient qu’avec les normes Euro 6d, en vigueur à partir de 2020, les voitures diesel ne pollueront pas plus que les véhicules à zéro émission, électriques, hybrides ou à hydrogène. Toutefois, pour Greg Archer de l’ONG européenne Transport & Environnement, « La réalité, c’est que les émissions des diesels sont si compliquées à contrôler qu’elles seront toujours supérieures sur la route et c’est pourquoi cette étude sous-estime la probable contribution des futurs véhicules diesel ». (Le Monde)

 > AUTOMOBILE. PSA veut combler son retard dans l’électrique. Le constructeur automobile, qui achète actuellement ses moteurs électriques à des fournisseurs, va créer une coentreprise dédiée avec le japonais Nidec-Leroy Somer. La production débutera en 2022 en Moselle et le centre R&D sera implanté dans les Yvelines. Les nouveaux partenaires investiront au moins 220 millions d’euros dans cette technologie. (Les Echos)

 > POLLUTION. La pollution tue 12,6 millions de personnes par an. Alors que l’Assemblée des Nations Unies pour l’environnement se tient à Nairobi, Maria Neira, directrice du département santé publique et environnement à l’OMS, explique que12,6 millions de personnes meurent chaque année à cause d’un environnement dégradé et que 36% des décès par cancer du poumon, 34% par AVC et 27% par infarctus sont liés à la pollution de l’air. Selon elle, « l’argument de la santé humaine peut être une locomotive pour accélérer le combat contre le changement climatique ». (Le Monde)

 

 ENERGIE & ENVIRONNEMENT | FRANCE

> CGG. CGG lance la recherche d’un nouveau directeur général. Cette annonce intervient quelques jours après l’homologation du plan de sauvegarde du groupe parapétrolier par le tribunal de commerce de Paris. Après huit années en tant que directeur général de CGG, Jean-Georges Malcor a décidé de mettre fin à son mandat. Le directeur général sortant quittera ses fonctions dès la nomination de son remplaçant. (AFP)

 > NUCLEAIRE. La menace terroriste pèse sur le parc nucléaire français. Greenpeace a démontré à plusieurs reprises l’insuffisance des mesures de protection : ses activistes sont parvenus à s’introduire dans l’enceinte interdite des centrales de Cattenom en Moselle et de Cruas en Ardèche. Les conséquences d’une attaque, qu’elle soit informatique, aérienne, par drones, avion, commando ou sabotage en interne, seraient pires que celles de Tchernobyl et Fukushima. (Libération)